Editions l'Oasis
Ça y est. Vous vous êtes décidé(e) à écrire un livre. Quelque chose commence à prendre forme dans votre cœur, et vos pensées commencent à s’aligner d’une certaine façon… Le processus créatif a démarré !
Mais, en commençant, vous réalisez que le désir d’écrire un livre, même le fait d’avoir une idée arrêtée, n’est souvent pas suffisant ! Écrire est un art, mais aussi un talent. Et même avec un talent présent, il y a toujours des choses à apprendre et des domaines à surveiller !
Pour vous aider dans l’écriture et la conception de votre livre, voici quelques conseils.

1) Tout d’abord, faites le point quant à votre niveau de français, en toute honnêteté. Posez-vous la question : « Ai-je une compétence suffisante dans la langue française pour écrire ou dois-je avoir recours à un écrivain déjà établi pour mettre mon message sous forme écrite ou m’aider dans ce projet? » Une première condition pour écrire est déjà d’avoir une bonne maîtrise de la langue. Si vous avez eu un cursus scolaire assez court que vous n'avez jamais développé, le niveau de votre expression écrite (à moins que le Seigneur fasse un grand miracle) ne dépassera jamais une certaine limite.

2) Si vous pensez que vous pouvez commencer, posez-vous ensuite la question : « Pourrais-je disposer d'un(e) correcteur/correctrice confirmé(e) et professionnel(le) pour revoir mon texte? » Il faut savoir que la langue telle que vous l'écrivez est probablement loin d'être excellente... (Rappelez-vous Rom 12:3). Rien de plus irritant que de lire un livre dont la tournure des phrases trébuche souvent, et où l’on trouve des erreurs un peu partout... Il faut comprendre que le fait d’avoir une bonne maîtrise de la langue est très différent que celui d'être un correcteur professionnel! Il existe des règles dans une langue, notamment pour la ponctuation, l’utilisation des majuscules, etc., qui sont souvent ignorées sauf par ceux/celles qui ont eu une formation pour cela. Vraiment, relire un texte une ou deux fois, et le faire relire par un(e) ami(e) ne suffit pas, si vous voulez avoir un travail de qualité! Nous pouvons vous aider dans ce domaine en vous mettant en contact avec des personnes dont c’est le métier, proposant des tarifs spéciaux pour les auteurs des Éditions l’Oasis. Déjà, nous vous recommandons de bien utiliser le correcteur d’orthographe et de style intégré en Word.

3) Avant de commencer, rédigez ce que l’on pourrait appeler ‘la colonne vertébrale’ de votre livre sur une feuille A4. Cela revient à prendre l’idée centrale, le ‘noyau’ de votre livre, pour la réduire en une page maximum. Cela vous aidera à bien définir l’idée centrale de votre livre, pour en faciliter l’élaboration plus tard. La question qui peut vous aider à bien ‘saisir’ cette idée est : « Quel est le but, l’objectif que je veux atteindre avec mon message ? » Si vous n'arrivez pas à écrire sur une feuille le noyau de votre message, cela ne vaut pas la peine de commencer. Votre livre risque d’être ennuyeux, sans 'fil conducteur', sans contenu réel, traînant en longueur.

4) Posez-vous la question : « Quel public je cherche à toucher? » Si vous voulez écrire pour des enfants, il est clair qu'il faut adapter le texte. Si vous écrivez pour des non-croyants, il faut, par exemple, éviter 'la langue de Canaan', autrement dit, la langue de la Bible; les gens ne vous comprendront pas! Si le message s’adresse à des chrétiens confirmés, il n’est pas nécessaire de trop développer certains détails ou bases de la foi chrétienne qui semblent évidents. Dans ce cas, vous pouvez prendre la liberté de présupposer certaines choses.

5) Il est important de réaliser que certaines choses énoncées peuvent avoir une implication que vous n’avez peut-être pas réalisée au premier instant. Si par exemple vous énoncez quelque chose comme : « Nos ancêtres, il y 300.000 ans, avaient le même problème de péché que nous aujourd’hui », cela suppose que vous ne croyez donc pas dans le récit littéral de Genèse et le fait que la Bible dit que la terre n’a pas encore 6000 ans !

6) Ensuite, faites une ‘Table des matières’ dans laquelle vous énumérez les différents chapitres de votre livre, à développer plus tard. Cela concrétisera encore plus cette ‘colonne vertébrale’.

7) Essayez de vous déplacer dans la peau de vos futurs lecteurs(trices). Certaines choses sont pour vous évidentes, mais cela n’est peut-être pas le cas pour tout le monde !

8) Si votre livre contient une étude ou une révélation que vous avez reçue, essayez de toujours donner des exemples de mise en pratique dans la vie de tous les jours. Les gens ne peuvent rien faire avec des théories.

9) Quand il s’agit d’une (auto-)biographie, il faut comprendre que, bien que vous trouviez la vie que vous décrivez très intéressante, cela peut ne pas être le cas pour tout le monde. D’autant plus si la vie de la personne que vous décrivez n’a pas eu grand-chose de ‘spectaculaire’. Ce n’est pas un jugement, mais simplement un constat ; les (auto-)biographies sont souvent peu lues, sauf s’il s’agit de quelqu’un de connu. Souvent les (auto-)biographies écrites sous forme de témoignage sont plus appréciées.

10) N’essayez pas de rédiger le texte que vous venez d’écrire tout de suite. Laissez couler le processus créatif dans l’écriture du livre. Pour écrire, nous utilisons le côté créatif de notre cerveau ; rédiger est tout un autre processus qui utilise l’autre côté du cerveau. Faire des allers/retours sans cesse entre les deux côtés peut s’avérer fatigant et conduire à une certaine confusion.

11) N’espacez pas trop les sessions d’écriture, vous risquez de perdre le fil, et la flamme de créativité ! Disciplinez-vous par exemple à écrire tous les jours, même si ce n’est que 30 minutes.

12) Une fois le livre terminé, même en ‘brut’, donnez-le à lire à plusieurs personnes dont vous savez qu’elles ne vous épargneront pas, tout en amour ! Et ne prenez pas d’éventuelles critiques de façon personnelle, mais comme une opportunité d’amélioration.

13) Essayez de ne pas écrire de trop longues phrases, avec des virgules illimitées… Évitez les mots et les phrases inutiles. Quelqu’un a dit: « Une phrase ne devrait pas contenir de mots inutiles, les paragraphes ne devraient pas contenir de phrases inutiles, pour la même raison qu’une machine ne devrait pas avoir de pièces inutiles ».

14) Et pour conclure, une fois le livre fini, laissez-le ‘reposer’ quelques jours avant de le reprendre pour le rédiger.

Et surtout : priez pour que le Saint-Esprit vous aide, vous dirige et vous éclaire !
Commentaires (9)
Kris
Merci, heureusement que je lis ces conseils.
2015-06-13
LEORIC
Merci pour ce que vous faite pour l'oeuvre de notre SEIGNEUR je vais bien etudier et vous repondre merci
2015-10-26
Lolita
Je suis ravie de vous lire. Vos conseils sont avisés. Je me reconnais bien là dans le processus que vous décrivez, même si je vous lis tardivement. Merci, voilà qui m'encourage. J'en suis au stade de la ''rédaction'' que je croyais être la correction et qui me semblait bien longue. Je comprends à présent pourquoi.
A bientôt
Lolita
2016-03-25
DOLLY
Je suis ravie de vous lire. Vos conseils sont avisés. Je me reconnais bien là dans le processus que vous décrivez, même si je vous lis tardivement. Merci, voilà qui m'encourage. J'en suis au stade de la ''rédaction'' que je croyais être la correction et qui me semblait bien longue. Je comprends à présent pourquoi.
A bientôt
Lolita
2016-03-25
Arti'Plume
Bonjour,
Je suis actuellement en train d'écrire l'histoire de notre église locale.... Et j'y découvre, en interrogeant les plus anciens, que M. et Mme FURGIER ont joué un rôle dans les premiers temps des chrétiens évangéliques sur ma ville. Aussi, je souhaite entrer en contact avec eux, dans l'espoir de les interroger.... Comment puis-je les contacter ou avoir leur adresse ? Je vous remercie d'une réponse que j'espère favorable.
A'P.
2016-05-24
Carlo Martelli
Il y a p[lus de 40 ans que je vis en Australie, mon français s'est un peu errodé, mais j'ai quand meme fini mon livre . J'ai voulu faire lire mon livre de 200 pages à des amis, (virtuel)
personne ne l'a lu,ils préfèrent avoir un livre en main : dois vous envoyer le texte virtuel ou bien un livre et quel format ?merci pour votre reponse .
2016-08-21
Peter Yehoshu'a
Grand merci pour tous ces conseils tant magnifiques qui, sûrement aideront quinconce veut entrer dans ce monde des écrivains des livres[...]
J'ai également compris que vos conseils sont beaucoup plus centrés sur la forme du livre à publier. Alors, je ne sais pas si vous pouvez apporter des conseils sur le fond du livre en question à publier. Par exemple : Quel rapport peut-il avoir entre le livre que l'on cherche publier avec les autres livres parlant de la même matière ? Quelles sont les relations que l'on peut tisser entre les auteurs des livres, écrivant sur presque la même matière ? Que pensez-vous du phénomène "plagiat" dans l'art d'écrire un livre?
2016-10-18
Rudi
Toute votre manière de présenter les choses est très encourageante et instructive. Rien que le fait de proposer aux gens d'écrire un livre et de le publier, témoigne de votre générosité. Bravo et merci !
J'ai commencé à traduire un livre de l'allemand (d'Otto Stockmayer). "La grâce est apparue" est son titre. Ah ! s'il existait en français, je n'aurais pas besoin d'entreprendre ce travail difficile. J'aurais grand besoin de courageux correcteurs. A ce propos ; que peut coûter leur travail ?
2017-01-28
Balabala
Juste vous remercier pour ces balises. Les vrais écrivains, ceux qui en ont reçu vocation ne reculeront pas devant ces exigences . Bien au contraire, ils y verront un tremplin et se jèteront à l'eau. Bonne chance et bon courage pour la plus grande gloire de la plume et de la culture.
2017-12-10
Ajouter un commentaire
Pseudo
Email (facultatif)
Commentaire
Copier lꞌimage